QUI SOMMES-NOUS ?
ACTUALITéS
RESSOURCES EN LIGNE
PARTENARIATS
DOMAINES D'ACTION
Agriculture durable
Circuits courts et vente directe
Energie
Création d'activités/Installation/ Transmission
Education à l'environnement
Relations internationales
Zone anti OGM





 



Zone anti OGM

Cette page garantie indemne d'OGM vous informe sur les actions en cours en Bretagne et les références sur le réseau.

Lettre ouverte du Collectif OGM 35 pour demander au Président de la Région Bretagne d'exclure l’utilisation des OGM dans l’alimentation animale et ainsi garantir une nouvelle qualité aux produits référencés Produit en Bretagne (décembre 2010).

Selon le ministère de l'agriculture, il y aurait, sur les 20.000 hectares cultivées en France, 2,23 hectares de cultures commerciales d'OGM en Bretagne en 2007 : 1,23 dans le canton de Hédé (35), 0,50 dans celui de Redon (35) et 0,50 dans celui de Rochefort en Terre (56). Toute information pour identifier les parcelles en cause est bienvenue auprès d'ADAGE. Greenpeace a publié une carte de France de la contamination.
=> voir le communiqué de presse de Cohérence

=> une réunion publique est programmée à Hédé le 19 juillet


Un film sur les OGM et les abeilles

Les cultures de mais OGM là où elles sont faites, contaminent par leur pollen les récoltes faites par les abeilles qui vont naturellement butiner le maïs pour récolter du pollen.
Les cultures voisines de maïs sont également polluées et le taux de contamination ne peut que progresser d'années en années.
Cette situation risque de condamner les productions labéllisées ne voulant pas d'OGM. C'est ainsi une grave atteinte à la liberté d'entreprendre, pour ceux qui ne désirent pas avoir d'OGM dans leurs cultures.

=> voir le film



Nouveau : Consommer sans OGM en Bretagne

Vous voulez être sûr d'acheter des aliments sans OGM, y compris des produits animaux indemnes dans leur alimentation. Allez voir le site http://www.consommersansogmenbretagne.org/ où vous trouverez, classées par pays, les bonnes adresses en vente directe, les produits vendus dans les épiceries et les marques bretonnes.


 Une lettre à l'intention des élus fait un bon tour d'horizon des arguments fallacieux utilisés pour imposer les OGM contre la volonté des citoyens => voir le document 
Les organisations liées à Via Campesina s'élèvent contre un projet européen qui ouvrirait une tolérance de présence d'OGM dans les produits biologiques => le document en français, en anglais


 OGM et manipulation des essais

 "Les OGM sont-ils dangeureux pour la sante ? L'étude qui accuse" une vidéo de 20 minutes sur la façon dont les OGM sont autorisés en Europe => voir le reportage


86% des Français favorables à une interdiction des OGM (sondage)

86% des Français sont favorables à une interdiction des organismes génétiquement modifiés (OGM), selon un sondage CSA-Greenpeace publié vendredi en exclusivité par Le Parisien.
28% d'entre eux se déclarent favorables à une interdiction totale de la production et de la consommation d'OGM, auxquels viennent s'ajouter 58% favorables à une interdiction temporaire le temps d'évaluer leurs conséquences sur la santé et l'environnement.
Seuls 11% des personnes interrogées sont opposées à une interdiction, estimant qu'"il n'y a pas plus de risques à consommer et à produire des OGM".
En outre, 66% des Français se disent inquiets à l'idée de "manger des produits pouvant faire intervenir des OGM dans leur fabrication".
Enfin, 45% estiment qu'il y a "souvent" des OGM qui entrent dans la fabrication des produits ou aliments qu'ils consomment (38% pensent que c'est
la cas "rarement"), contre 10% qui pensent que que ce n'est "jamais" le cas.
Ce sondage a été réalisé par téléphone les 13 et 14 septembre auprès d'un échantillon représentatif de 950 personnes âgées de 18 ans et plus selon la
méthode des quotas.

voir aussi http://www.actu-environnement.com/ae/news/1934.php4


 OGM : plus de pesticides et moins de bactéries ?

 Le Pr Pinstrup-Andersen a étudié l’utilisation de coton OGM (coton-Bt, c’est-à-dire avec un gène de la bactérie Bacillus thuringensis, qui produit une toxine létale pour les chenilles et vers phyllophages) chez 481 agriculteurs chinois (http://usinfo.state.gov/journals/ites/0696/ijef/frejcom4.htm). Il montre que les populations d’autres insectes ont tellement augmenté que les agriculteurs doivent traiter jusqu’à 20 fois les cultures. Leur revenu est alors réduit par rapport aux autres agriculteurs, le prix des semences étant plus élevé pour eux. Cependant, le Pr Pinstrup-Andersen maintient que les OGM sont nécessaires (http://www.news.cornell.edu/stories/July06/Bt.cotton.China.ssl.html).

Par ailleurs, Mentewab Ayalew et Neal Stewart, de l'université du Tennessee ont démontré qu’il est possible de substituer le gène végétal issu de Arabidopsis thalania, à celui de bactéries, lors de la fabrication de gènes «marqueurs» nécessaires à l'élaboration de plantes transgéniques. Selon l’auteure, utiliser un gène végétal et non plus bactérien pour fabriquer des plantes GM devrait permettre de dissiper la crainte qu'inspirent les OGM (http://www.biology.emory.edu/faculty/Ayalew_Mentewab.htm).

De beaux débats en perspectives sur la durabilité, non ?

communiqué de CGT - CFDT - SNJ - SJAFO

OUI, LES OGM SONT DANGEUREUX …POUR LA LIBERTÉ DE LA PRESSE !
Les faucheurs qui s’attaquent aux champs d’OGM ne sont plus les seuls à risquer des poursuites judiciaires. Les journalistes qui traitent ce sujet peuvent aussi être inquiétés. Plusieurs journalistes de la station France 3 Centre à Orléans font actuellement l’objet de ce qui ressemble bien à une tentative d’intimidation de la part du Ministère public.
Les 15 et 16 mai s’est déroulé le procès en appel des faucheurs du Loiret à Orléans. Les éditions de France 3 en ont fait un compte-rendu le plus exhaustif possible en soulignant la différence de qualité par rapport au procès en première instance quelques mois plus tôt devant le tribunal correctionnel.
Le compte-rendu relatait notamment la façon dont le président de la cour d’appel avait mené les débats, coupant régulièrement la parole aux prévenus et commettant quelques erreurs de compréhension au sujet de la propagation des OGM.
Des faits qui ont apparemment déplu aux magistrats . Au lendemain du procès des policiers se sont présentés à la station pour obtenir la copie des journaux concernés.
Ils agissaient dans le cadre d’une enquête préliminaire à la demande du procureur d’Orléans qui a ouvert des poursuites pour « discrédit public jeté sur une procédure judiciaire », article 434/25 et 434/44 du code pénal passible de 6 mois de prison.

Dans les jours qui suivent les magistrats de la cour d’appel envoient une motion à la rédaction nous appelant à plus d’impartialité dans le traitement des procès. Puis une réclamation est posée devant le CSA. Enfin le 23 juin dernier le rédacteur en chef de France 3 Centre et le journaliste qui a suivi le procès sont auditionnés par la police judiciaire. On leur demande de « commenter » l’ensemble de ce qui a été dit à l’antenne. Puis l’interrogatoire porte sur les quelques passages relatant la façon dont le président a mené les débats. Les policiers demandent au journaliste s’il pense avoir fait son travail de manière impartiale, s’il pense être de parti pris.
Après la police, c’est ensuite la gendarmerie qui entre en jeu le 26 juin. Elle convoque une autre journaliste de France 3 Centre qui, elle, a couvert une nouvelle action de fauchage. On lui demande cette fois de citer ses sources.
Trois auditions en quelques jours. Trois auditions qui se sont visiblement déroulées en urgence à la veille de l’arrêt de la cour d’appel le 27 juin sur le procès en appel des faucheurs.
Difficile d’y voir autre chose qu’une volonté de faire pression sur les journalistes pour s’assurer cette fois un compte-rendu conforme aux attentes du ministère public. Face à ces atteintes à la liberté de la presse, les journalistes de France 3 ne se laisseront pas intimider et sauront se mobiliser si cette affaire va plus loin.


Autorisation d'essai annulée
Une autorisation d'essais a été annulé hier par un tribunal administratif, notamment parce qu'il y avait des producteurs bio et un apiculteur à proximité....


Bagnolet, le 12 juillet 06 : Communiqué de presse

Suite à la requête de la Confédération Paysanne examinée en audience publique le 7 juillet, le Juge des Référés de Pau a décidé de suspendre la décison du 19 mai 2006 du Ministre de l'agriculture autorisant la société Monsanto à procéder à une dissémination d'OGM en plein champ sur la commune de Mauroux dans le Gers.
Le Juge a estimé que "les essais autorisés (...) sont de nature à porter gravement atteinte aux intérêts des agriculteurs dont les exploitations et les ruches sont situées à proximité des parcelles destinées à l'expérimentation contestée". Le représentant du Ministre a eu beau prétendre que toutes les précautions avaient été prises, il a semblé découvrir à l'audience la présence à proximité de l'essai de plusieurs exploitations biologiques, dont un apiculteur. Personne n'a cru bon de croire la fable selon laquelle les abeilles se nettoieraient les pattes de toute trace de pollen transgénique dès qu'elles ont franchi les 400 mètres isolant l'essai OGM des cultures de maïs conventionnel ou bio !
La société Monsanto n'a pas jugé utile de se déplacer à l'audience et a laissé les représentants du Ministre défendre ses intérêts. Le Juge a logiquement noté "qu'il ne ressort pas du dossier que la suspension de l'exécution de la décision du 19 mai 2006 menacerait gravement un intérêt public". La Confédération Paysanne estime quant à elle, que le maïs de Monsanto, produisant un insecticide toxique et pouvant se gaver d'un herbicide toxique sans mourir, représente même un grave danger pour l'intérêt public.

Enfin, parmi les multiples irrégularités relevées par la Confédération Paysanne, le Juge a retenu le "caractère incomplet du dossier de demande d'autorisation et l'insuffisante information, en conséquence, de la commission du génie biomoléculaire, puis du Ministre de l'Agriculture et de la Pêche".
A l'heure où la Communauté Européenne reconnaît dans un document qu'elle a été obligée de publier que le processus d'évaluation des OGM qu'elle a mis en place est notoirement insuffisant, qu'on ignore encore tout sur les effets à long terme des OGM sur la santé humaine, la biodiversité, les insectes et les organismes du sol, et qu'en conséquence les plantes Bt ne devraient pas être cultivées...
La Confédération Paysanne attend du gouvernement qu'il s'appuie sur le jugement du Tribunal Administratif de Pau pour suspendre tous les essais autorisés et mettre en place un moratoire sur toutes les cultures OGM.


Manifestations et réunions publiques

Une conférence à Gahard (35) avec C. Vélot, le 21 septembre à 20 heures 30.


Actions en cours

Un projet de rapport du Parlement Europeen sur les Biotechnologies vient d'etre publie, dans le cadre de la consultation de la Commission sur sa strategie Biotechnologie. [DRAFT REPORT on Biotechnology: Prospects and Challenges for Agriculture in Europe. (2006/2059(INI)) Rapporteur: Kyosti Virrankoski]

Ce rapport presente de maniere tres partisane le developpement des biotechnologies qui serait selon lui un moyen de favoriser la durabilite de l'agriculture, . Il suggere ainsi que l'essor des biotechnologies induirait une reduction de l'utilisation des pesticides ( ce qui est infirme par l'etude de la situation des pays qui utilisent les OGM a grande echelle)

Il s'agit d'une manoeuvre destinee a faire passer en force les OGM en Europe en faisant adopter au Parlement Europeen une position pro-OGM.

Reagissez des aujourd'hui, car ce texte doit etre etudie le 21 novembre par la Commission Agriculture du Parlement europeen ! Le vote au Parlement interviendra ulterieurement.

Une lettre peut être envoyé aux eurodéputés. Pour cela, il vous suffit de cliquer sur le lien "lettre" dans ce paragraphe, de lire le texte en le personnalisant si vous le souhaitez, et de signer.
En cas de défaillance de ce lien, vous trouverez sur le document joint toutes les adresses et une proposition de texte.


 Afin de sensibiliser les gens sur le problème de l'alimentation animale OGM, le RAD vient d'éditer un panneau en PVC (30X40 cm) à installer dans les fermes. Il résiste pendant plusieurs annnées. Il est vendu 7 euros plus 2 euros avec port. 
> contact : David FALAISE 
Réseau agriculture durable 17 rue du Bas Village  CS 37725 35 577 CESSON SEVIGNE
Tél.02.99.77.39.25. - Fax. 02.23.30.15.75. agriculture-durable@wanadoo.fr
http://www.agriculture-durable.org

Lettre ouverte aux parlementaires, que vous pouvez signer et relayer => accéder aux documents

 Et pendant ce temps, le gouvernement prépare une loi pour empêcher les paysans de réutiliser leurs propres semences fermières sans autorisation => en savoir plus


Sites d'information 

 en Bretagne :
- collectif Bretagne sans OGM http://bretagne.sans.ogm.free.fr/
- réseau Cohérence http://www.reseau-coherence.org/,
- maison de la consommation et de l'environnement de Rennes http://www.mce-info.org/ogm/index.php 
- conseil régional de Bretagne, orientations pour une Bretagne sans OGM  => voir le texte
- conférence des régions d'Europe libres d'OGM => voir le texte 

sites nationaux :
- inf'OGM veille citoyenne http://www.infogm.org/,
- construire un monde solidaire (qui héberge les pages des faucheurs volontaires) http://www.monde-solidaire.org/,
-  OGM Dangers http://www.ogmdangers.org/,
- les amis de la terre http://www.amisdelaterre.org/OGM/
- détectives OGM publié par Green Peace pour traquer les OGM qui risqueraient de contaminer votre assiette http://www.greenpeace.fr/detectivesOGM/
- réseau semences paysannes (on se débrouille très bien sans OGM) http://www.semencespaysannes.org/

sites à vocation scientifique :
- OGM infos (favorable aux OGM) http://www.ogm-info.com,
- site de l'INRA (ancien, édité en 1998) http://www.inra.fr/Internet/Directions/DIC/ACTUALITES/DOSSIERS/OGM/OGM.htm
- la lettre des agrobiosciences, un regard critique et citoyen sur l'agriculture et le monde rural

sites officiels :
- site inter-ministériel sur les OGM http://www.ogm.gouv.fr/
- la site du sénat sur le projet de loi relatif aux OGM http://www.senat.fr/dossierleg/pjl05-200.html



     Dernière minute
Imprimer cette page

Ajouter aux favoris

Recommander le site



copyright © 2005 Civam-bretagne

mardi 25 juillet 2017